Catégorie : Chili

Le nombril du monde

Le nombril du monde

Nui signifie « grand » dans les langues polynésiennes, et donc celle que nous connaissons comme l’Ile de Pâques s’appelle en fait la grande Rapa. Ce nom lui aurait été attribué au XIX° siècle seulement par les marins tahitiens qui trouvaient qu’elle ressemblait à l’île de Rapa, située au sud des Iles de la Société. A ce titre, ce serait donc un nom plus récent que celui de Paasch-Eyland, qui a été attribué par Jacob Roggeveen, l’explorateur néerlandais qui fut le premier européen à reconnaitre l’île, lors du dimanche pascal de 1722. Pourtant, et malgré ses dimensions relativement modestes (une vingtaine de kilomètres de long environ), grand est un épithète qui convient bien à ce bout de terre émergée. En effet, grande est la renommée de cette île, grand est son isolement géographique, grands sont les mystères quant à son histoire, et grands sont les moais – les statues qui la symbolisent plus que tout. Le débat reste ouvert quant au nom originel de l’île, mais l’appellation la plus probable serait Te pito o te henua, c’est-à-dire « le nombril du monde ». Il se pourrait que ce nom signifie que l’île aurait été le cordon ombilical entre le monde des vivants et des esprits. Cela dit, pour nous qui arrivions de trois semaines en mer, la sensation d’arriver dans une toute petite cicatrice volcanique perdue au milieu d’un grand ventre océanique nous semblait appropriée !

Une semaine de mer à terre

Une semaine de mer à terre

Une fois le continent sud-américain perdu de vue, la navigation est devenue beaucoup plus tranquille. Pas que durant notre première journée de mer elle ait été stressante, loin de là. Il n’y avait eu que deux pêcheurs vagabonds à esquiver pendant la nuit, mais une fois en mer, plus besoin de se soucier des courants de marée, et la météo annonçait que le vent frais devrait mollir un peu pour nous mener tranquillement au nord-ouest. Lors de cette première journée au large, nous ne verrons qu’un tanker nous passer sur l’avant, cap au sud. Plusieurs oiseaux virevoltent autour de nous, jouant avec les vagues. Mais dès le lendemain, force était de constater que nos prévisions, qui dataient encore de notre départ de Valdivia, étaient optimistes, et le vent a si bien molli qu’il en est tombé complètement. Et nous voici donc au moteur pendant une bonne partie de la journée, entrecoupée de séances de « voile sportive » à près de 1 nœud…

Pensées sud-américaines

Pensées sud-américaines

A quoi occupe t’on nos journées ? Vous êtes nombreux à nous le demander, et il nous est souvent difficile d’y apporter une réponse, tant les journées ne se ressemblent pas. De même qu’une journée de travail peut être différente d’une autre, et qu’on ne pourra les résumer qu’en disant « une journée au bureau », de même pour nous ce sont souvent des journées de bricolage, du moins lorsque nous sommes au port ou au mouillage. Car ne nous méprenons pas : comme je l’ai entendu dire, la grande croisière c’est le fait de travailler sur son bateau dans des lieux exotiques ! C’est pourquoi reprendre la mer est pour nous un plaisir, car on se sert enfin de tout ce que l’on passe son temps à entretenir. Et puis avant de partir, on se dit qu’une fois qu’on sera en nav’, on pourra faire ceci, ou consacrer un peu de temps à cela. Mais ce serait se tromper en pensant qu’une journée en navigation n’est pas moins remplie, même s’il n’y a rien à faire ! Car tout prend du temps, aussi bien les tâches ménagères que la simple surveillance du cap, des voiles ou la veille anticollision, et puis il s’agit de ne rien faire, mais 24h sur 24. Il y en a donc presque toujours un de nous deux qui se repose pour être à peu près d’aplomb lorsqu’il faudra prendre le relais. C’est là tout le paradoxe de notre vie atypique, où l’on a le temps sans vraiment en avoir beaucoup plus. Et pourtant, au milieu de tout ça, une fois en mer, il est une chose à laquelle on peut se laisser aller : penser…

Préparer sa croisière dans le Grand Sud (Patagonie et Terre de Feu)

Préparer sa croisière dans le Grand Sud (Patagonie et Terre de Feu)

Chaque année plus nombreux, les voiliers se mesurant aux rudes éléments du Grand Sud viennent y rechercher le grand bol d’air d’une Nature vierge et grandiose. C’est notamment car les conditions d’une croisière dans ces hautes latitudes australes s’améliorent, en particulier au niveau de l’information disponible. C’est la raison pour laquelle nous partageons ici notre expérience sans chercher toutefois à se substituer aux guides plus spécifiques. Voici donc seulement de quoi faciliter la tâche de ceux qui organisent leur voyage à la voile en Patagonie et en Terre de Feu. Car avant de profiter des glaciers, des oiseaux, des canaux, des montagnes et des grands espaces, il faut un peu de préparation…

De San Pedro de Atacama à Valdivia

De San Pedro de Atacama à Valdivia

Carte de notre parcours andin

Les « vacances » sont terminées, et nous sommes de retour à bord de Fleur de Sel, après avoir parcouru les Andes. Voici le carnet de voyage de la partie chilienne du voyage, jusqu’à notre retour à Valdivia.

De Humahuaca à San Pedro de Atacama

De Humahuaca à San Pedro de Atacama

Pendant que Fleur de Sel se repose – du moins on l’espère – son équipage est en « vacances », loin de là. Vu le temps imparti, nous avons décidé de ne pas pousser jusqu’au Pérou, ce qui aurait imposé de voyager sans relâche. Le Lac Titicaca et Macchu Pichu seront pour une autre fois, et nous nous sommes contentés du sud de la Bolivie, dont voici le carnet de voyage.

De Valdivia à Humahuaca

De Valdivia à Humahuaca

Le jour se lève sur le Cerro Siete Colores

Pendant que Fleur de Sel se repose – du moins on l’espère – son équipage est en « vacances », loin de là. Voici le carnet du début de notre parcours andin, principalement en Argentine.

Entre églises, volcans et océan

Entre églises, volcans et océan

L’archipel de Chiloé – la Isla Grande étant flanquée de nombreuses îles plus petites sur sa façade orientale – est connu pour ses jolies églises en bois. Ces constructions, qui remontent pour la plupart au XIX° siècle, et au XVIII° pour les plus anciennes, sont l’une des attractions touristiques principales de Chiloé, et 16 d’entre elles sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Au départ de Castro, nous avons pris un petit bus rural pour nous rendre à Dalcahue, petite ville un peu endormie que vient égayer le dimanche un marché artisanal. Malheureusement, nous n’avons pu voir que l’extérieur de l’église, puisqu’elle était fermée. Heureusement, en revenant à Castro, la cathédrale étaient ouverte. Splendide intérieur de bois, qui donne une atmosphère on ne peut plus chaleureuse.

Retour chez les hommes

Retour chez les hommes

Ce qui n’était encore qu’un début en arrivant à Puerto Aguirre s’est par la suite accentué. Les salmoneras et les bateaux de pêcheurs, premiers signes de la présence des hommes, ont été suivis de petits villages, de bateaux plus nombreux, d’exploitations aquacoles toujours plus imposantes, sans parler du trafic incessant à la radio. Clairement, nous étions de retour dans la civilisation, avec ses bons côtés – comme la proximité des hommes – et ses mauvais côtés – comme la proximité des hommes… Malheureusement, même dans ces régions relativement isolées par rapport à d’autres plus intensément colonisées (la baie de Rio, les côtes européennes, etc.), nous avons relativement vite commencé à croiser des signes de pollution, qu’il s’agisse de flotteurs à la dérive, de tuyaux de ferme aquacole perdus, on encore d’irisations d’hydrocarbures à la surface des eaux portuaires. Après la relative communion que nous avons vécue pendant des semaines avec la Nature, ce fut inévitablement un choc.

Arrivée à Chiloé

Arrivée à Chiloé

Parcours de Fleur de Sel en Patagonie

C’est un mois et demi après avoir quitté Puerto Natales que nous avons atteint la grande île de Chiloé. Nous vous proposons déjà quelques unes des photos de ces derniers mois, mais également vous pouvez nous suivre sur le tracé mis à jour sur la page parcours. A bientôt !

« ‘spis di Penas ! »

« ‘spis di Penas ! »

Arrêtés devant le passage à niveau, barrières fermées, à attendre que le train (de dépressions) passe, nous avons patienté presque six jours. C’est long, et dans ce laps de temps, alors que Fleur de Sel était amarrée bien sagement dans la jolie Caleta Lamento del Indio, pas moins de quatre fronts nous sont passés dessus, tour à tour. Evidemment, nous trépignions d’impatience, le train prenait des allures de convoi de marchandises interminable, et suspendus à la réception des cartes météo et des fichiers GRIB, chaque jour nous nous faisions la même réflexion : c’est déjà l’automne, et on se dit que plus on attend, moins il y aura d’occasions de franchir ce passage difficile. Il ne faudra pas louper l’occasion lorsqu’elle se présentera, même si évidemment elle ne sera jamais idéale. Nous avions déjà connu pareils cas aux Iles Féroé ou en Ecosse, alors que nous étions tard en saison. Alors on s’occupe comme on peut : il y a toujours du bricolage à faire, et notre combiné déporté de VHF fonctionne maintenant à nouveau. On en profite pour se mitonner de bons petits plats. On se repose en bouquinant ou en regardant des films. La station du phare de San Pedro nous appelle chaque jour pour savoir quelles sont nos intentions, et pour nous donner les prévisions météo pour les heures à venir.

La Loi de Murky

La Loi de Murky

Puerto Edén est une micro-bourgade atypique, construite face au continent, sur l’Isla Wellington. C’est la plus grande de l’archipel patagonien, qui s’étend du Détroit de Magellan au Golfo de Penas, et elle n’abrite que les 200 habitants de Puerto Edén. On découvre tout d’abord l’Armada, située non pas au village mais de l’autre côté de la baie, dans des locaux provisoires. Les locaux habituels sont en reconstruction après un incendie, chose qui ne nous surprendra pas, car tout est en bois et en tôle ondulée, et on se chauffe au bois. Après y être passés pour vérification de nos papiers, nous avons donc traversé la baie pour rejoindre le village, qui s’étire tout en longueur, au fil d’un chemin de planches en bois longeant la petite anse du port. Il faut tout de même un peu de temps pour visiter l’endroit, chose que nous avons faite au cours des deux jours que nous y avons passés. En débarquant sur le quai principal, on fait connaissance avec les très aimables Carabineros, les gendarmes du coin, qui nous renseignent sur tout. On rend visite à Julia, qui peut nous préparer du pain et faire notre lessive, et on repère l’Almacén, situé de l’autre côté de la colline, et où les produits frais seront vendus lorsque le ferry arrivera de Puerto Montt. On fait aussi connaissance avec José Navaro qui stocke le carburant et dont nous prendrons deux bidons. On croise aussi quelques indiens, les derniers des Alacalufs qui vivent maintenant ici. La plupart tuent le temps en errant sur le chemin emprunts d’une odeur alcoolisée, mais une indienne nous propose de lui acheter quelques objets d’artisanat.