Thème : Argentine

Approche et camp de base

Approche et camp de base

Faisons une analogie avec l’alpinisme (auquel je ne connais pas grand-chose !). En quittant Buenos Aires le vendredi soir, nous avons quitté la plaine, pour réaliser notre marche d’approche. Celle-ci nous mènera à notre camp de base, au terme d’un premier parcours d’acclimatation. Il nous a d’abord fallu redescendre le Rio de la Plata, aux eaux toujours limoneuses (on ne s’y habitue pas), et surtout clapoteuses (on ne s’y habitue pas non plus !).

Le voyage d’Iguazú

Le voyage d’Iguazú

Les chutes d'Iguaçu, côté brésilien

Ca aurait sans doute pu nous faire peur, mais une fois assis, au contraire, cela nous parait tout confort. 18 heures de trajet en bus, c’est le temps qu’il nous faudra pour rallier Puerto Iguazú au départ de Buenos Aires. C’est long, certes, mais c’est le grand luxe : sièges vraiment inclinables, repas servis à bord, films projetés. Bref, c’est évidemment un peu fatigués que nous arrivons dans l’extrême nord-est de l’Argentine, mais étonnement peu tout de même. Après avoir pris possession de l’appart-hôtel qui nous accueillera quelques nuits, les premières loin de Fleur de Sel depuis longtemps, nous voici déjà à pied d’œuvre, direction las cataratas. Car c’est bien elles que viennent voir tous les voyageurs que l’on trouve dans cette localité un peu far-west.

Sainte Trinité et Port de Notre-Dame du Bon Vent

Sainte Trinité et Port de Notre-Dame du Bon Vent

La Plaza de Mayo, centre névralgique de l'immense cité portuaire

En quelques mots, Buenos Aires, c’est une agglomération de 13 ou 14 millions d’habitants dans un pays qui en compte 40. Autant dire qu’il s’agit d’un véritable pays dans le pays. Inutile de préciser que le nom ne fait pas référence aux « bons airs » du monoxyde de carbone rejeté par les millions de voitures, bus et camions chaque jour dans la capitale argentine. A l’origine nommée Santísima Trinidad y Puerto de Nuestra Señora del Buen Ayre, ce qui signifie « Sainte Trinité et Port de Notre-Dame du Bon Vent », le nom a été raccourci, comme souvent en Amérique Latine.

Avis de tampons !

Avis de tampons !

Ambiance très rétro à Colonia - ville très charmante !

Un voyage au long cours est parfois admirable, mais il l’est souvent pour de mauvaises raisons. De nombreuses personnes restent ainsi songeuses à l’énoncé de notre provenance, plus encore en apprenant notre destination, mais le sujet de leur pensée nous est souvent dévoilé quasi-immédiatement : « Et vous avez rencontré beaucoup de tempêtes ? » Nous préférons dire la vérité plutôt que de les laisser persévérer dans leur crainte. Eh non, nous ne rencontrons pas beaucoup de tempêtes, du moins pour autant que l’on puisse les éviter, et quand c’est possible, nous essayons alors d’être à l’abri. C’est exactement ce qui est arrivé à Piriapolis, où un coup de vent prévu s’est finalement avéré être une petite tempête, malmenant Fleur de Sel plusieurs heures durant avec un vent soutenu de 50 nœuds. Elle était pourtant bien amarrée derrière les jetées du port, dont les eaux étaient transformées en chaudron, et malgré la protection de 2 gros voiliers à notre vent, le bateau se faisait fouetter par les paquets de mer provenant des vagues ayant explosé sur le brise-lame à 200m de là ! Cela dit, après deux inconfortables journées, le beau temps est revenu, et Heidi aussi. Le vent s’était tassé pour retrouver des vitesses plus habituelles, celles que nous rencontrons dans l’immense majorité des cas, et nous étions alors prêts pour poursuivre notre voyage sur le Rio de la Plata. Mais ce qui nous attendait alors n’était plus un avis de tempête, mais bien un avis de tampons !

Frais de port offerts en point-relais : nos beaux livres, à offrir ou à s'offrir sur TDM80.eu